Photo : Friends of the Earth Europe

[Mise à jour 22.12.2016] Les Artisans de la paix ont été libérés. Ils restent toutefois sous contrôle judiciaire. Vous pouvez visionner ici le discours de Txetx Echeverry à sa sortie du train : https://www.periscope.tv/bizimugi/1vAxRdeEjEvGl?t=5

Les Amis de la Terre-Belgique condamnent l’arrestation de Jean-Noël Etcheverry (dit « Txetx ») (co-fondateur des mouvements Bizi ! et Alternatiba notamment), Michel Berhocoirigoin (ancien président de la Chambre d’agriculture alternative du Pays Basque), Michel Bergougnian (vigneron), Beatrice Haran-Molle et Stéphane Etchegaray (journalistes) et demandent leur libération immédiate.

Txetx Echeverry est le co-fondateur et le représentant de l’organisation basque Bizi !, membre des Amis de la Terre France. En juillet 2015, le groupe local des Amis de la Terre à Couvin, les Eaux Vives, avait accueilli Txetx Echeverry lors du Tour Alternatiba. Cette caravane cycliste avait sillonné la France et la Belgique à la rencontre des alternatives au réchauffement climatique avant la COP21 à Paris. La caravane s’était également arrêtée au festival Esperanzah ! à Floreffe quelques jours plus tard.

Dans la nuit du 16 au 17 décembre, cinq personnalités de la société civile, reconnues pour leurs actions non-violentes et citoyennes ont été interpellées par le RAID, alors qu’elles tentaient de rendre inutilisable le stock d’armes de l’organisation séparatiste basque ETA, avant de le remettre ultérieurement aux autorités françaises. Une enquête préliminaire a été ouverte avec les qualifications « d’association de malfaiteurs terroriste et infractions sur la législation sur les armes et les explosifs en bande organisée, le tout en relation avec une entreprise terroriste ».

JPEG - 43.4 ko

Txetx Etcheverry, Michel Berhocoirigoin, mais aussi Michel Tubiana (président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme), avaient précisé leur démarche dans des courriers qui ont été transmis à la presse : « Nous nous situons en intermédiaires entre une organisation armée avec laquelle nous n’avons aucun lien ni subordination, et un État que nous voulons amener à réfléchir. (…) Nous avons décidé de prendre nos responsabilités avec la conviction que cela peut être utile à la paix. C’est pourquoi, nous avons proposé à l’organisation ETA de transférer à la société civile la responsabilité politique de la destruction de son arsenal militaire. Nous avons choisi de le faire de manière publique et assumée, à l’instar des engagements dont nous sommes porteurs. Ces engagements sont publics et transparents. Ils sont caractérisés par l’implication personnelle, le souci de la démocratie, le choix de la non-violence ».

Pour comprendre cette action, il faut revenir cinq ans en arrière. En octobre 2011, l’ETA déclare publiquement l’arrêt définitif de toute action armée. « Depuis cette date, l’organisation armée, responsable de la mort de plusieurs centaines de personnes depuis sa création en 1959 et figurant sur la liste noire des organisations terroristes de l’Union européenne, n’a plus commis le moindre attentat et a démantelé ses structures opérationnelles », rappelle Mediapart. En revanche, l’ouverture d’un dialogue entre l’ETA et les gouvernements français et espagnol traitant exclusivement des conséquences du conflit, fait l’objet de blocage. « Les observateurs y voient notamment la main de Madrid, qui refuse entre autres de s’engager dans une politique carcérale plus souple pour les prisonniers de l’ETA. »
Face à l’échec de ces négociations, des acteurs de la société civile se saisissent de la question. « Chacun doit prendre ses responsabilités pour que le processus de paix aille jusqu’à son terme, précise la lettre co-signée par Michel Tubiana, Txetx Etcheverry et Michel Berhocoirigoin. La responsabilité d’une paix juste et durable est entre les mains de chacun. » Selon Michel Tubiana, cette action était une manière « d’enclencher de manière symbolique le processus de désarmement de l’ETA ».

Pour apporter votre soutien : http://artisansdelapaix.wesign.it/fr

Sources :
http://www.bastamag.net/Une-operation-anti-ETA-du-ministere-de-l-Interieur-vise-des-militants-de-la
https://reporterre.net/Nous-demandons-la-liberation-immediate-des-faiseurs-de-paix-du-Pays-basque
http://www.amisdelaterre.org/Arrestation-des-militants-pour-la-paix-au-pays-basque-les-Amis-de-la-Terre.html