Le coronavirus occupe le devant de la scène médiatique depuis plus d’un mois. Il me semble qu’une nouvelle "pensée unique" a pris "doucement" le dessus. Qu’il y a celles et ceux qui pensent, parlent et agissent juste, et les autres.

Les experts sont presque unanimes pour réprouver le principe de l’immunisation collective… Des experts se portent en faux contre les constats des quidam qui voient les rivières plus propres, l’air plus pur, la nature qui revivrait, les oiseaux qui chantent mieux, les insectes qui se font plus nombreux... Des experts effleurent le sujet de la reprise... "Ce sera dur !"... "Nettement plus grave qu’en 2008 !"... "Aussi grave qu’en 1929 !" de ce que l’on peut voir maintenant, mais qu’en sera-t-il après deux semaines de confinement supplémentaires, après quatre, après six peut-être même si aucun de ces "experts" n’ose se risquer à évoquer un tel scénario... "Heureusement, les états interviennent, ce qu’ils n’ont pas fait en 1929 !" nous dit un expert financier...

Les médias "officiels" ne me semblent pas avoir beaucoup changé de style avec cette crise. L’accent est mis sur le tragique : cela l’est, mais l’est-ce plus qu’avant ou bien n’est-ce que parce "qu’avant" les choses tragiques se passaient loin de nous ? L’accent est mis sur ceux qui trinquent. Ce n’est pas mal en soi. Ce soir, les femmes étaient mises à l’honneur ! Pour combien de temps encore ? L’accent est mis sur ce que cela va coûter... socialement... psychologiquement... matériellement... scolairement... mais surtout financièrement, pour l’état, pour le nôtre d’abord... le coronavirus n’a pas encore réussi à installer de véritables solidarités transfrontalières...

Et puis, il y a ce qui circule sur la toile et dans les réseaux sociaux... Moi qui suit ringard de ce point de vue, je ne vois que les courriels des ami-e-s... l’un-e qui m’envoie un texte, un-e autre un lien pour une vidéo, un-e autre encore des réflexions personnelles... de tout cela sortent des échanges... c’est assez formidable... Il ressort de cela que les points de vue sont divers... extrêmement divers pour ne pas dire diversement extrêmes...

Parmi tout ce "fatras", je tire un document que je trouve particulièrement intéressant... plus intéressant que tous les autres pour la raison qu’il fait suivre la réflexion d’une proposition d’action... une action que nous pouvons tou-te-s faire car elle ne fait appel, dans un premier temps, qu’à chacun-e... une action qui devrait nous permettre d’y voir plus clair dans les volontés... les volontés qui vont d’un retour le plus rapide possible à la "normale" (à la situation d’avant le confinement) à un temps de construction de nouveaux possibles...

Ce document que nous devons à Bruno Latour nous donne une piste pour clarifier nos positions... Certes, ce n’est pas un exercice tout simple. La complexité des questions pourrait en arrêter plus d’un-e. Le travail de réflexion que cela demande, une fois les questions comprises, pourra en arrêter beaucoup d’autres... C’est que le confinement ne donne pas nécessairement plus de disponibilité. Peut-être préférez-vous jouer en famille que de vous retirer encore un peu plus, de vous isoler au cœur de votre confinement pour réfléchir à qui vous êtres, à votre rapport aux autres, à vos attentes, à vos craintes, à l’avenir tout proche, celui du "redémarrage"... Tant pis, JE vous livre ce document et j’espère que nous aurons l’occasion d’échanger sur son contenu prochainement et de confronter nos réponses par la suite... J’aimerais que cette confrontation se fasse avant que nous retournions à nos habitudes, tête baissée, tête plus baissée que jamais...

Philippe TYBERGHEIN, membre des Amis de la Terre