Depuis plusieurs années, les Amis de la Terre - Belgique n’avaient plus participé aux Assemblées Générales de Friends of the Earth Europe. Au mois de juin dernier, nos deux groupes nationaux étaient présents à cette importante rencontre, organisée en République Tchèque, en la personne de David pour la Flandre et de Véronique pour la Wallonie.

Cette assemblée annuelle a fourni aux 31 groupes Amis de la Terre européens l’occasion de se rencontrer, de partager leurs expériences et de planifier leurs actions futures. Mais également de rencontrer les salariés du bureau de FoE Europe et de mieux connaître leur travail. La plupart de nos membres ignorent peut-être qu’en plus de nos bureaux « nationaux », respectivement situés à Dave et à Gand, la fédération internationale des Amis de la Terre dispose d’un bureau à Bruxelles qui occupe une vingtaine de permanents, pour coordonner l’action des groupes et les campagnes de portée internationale telle celle du « BIG ASK ».

Tous les groupes nationaux des Amis de la Terre partagent la conviction que le mode de vie et le consumérisme tels que nous les connaissons en Europe ne sont pas soutenables à long terme et ont des impacts catastrophiques sur le reste du monde. Ils entendent proposer une vision alternative pour l’Europe et s’attaquer aux causes profondes des problèmes d’environnement, dans nos pays comme dans le reste du monde. Des solutions doivent être apportées, non seulement à la question cruciale du climat et de l’énergie, mais aussi dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de la protection de la biodiversité (avec au centre des préoccupations les agrocarburants et les OGM), de la consommation des ressources et de la gestion des déchets. Le mouvement questionne également le pouvoir des multinationales notamment par la dénonciation de leurs pratiques de « peinture verte » et l’analyse de leur impact environnemental en Europe et ailleurs.

Faire entendre la voix des citoyens
aux décideurs européens

Le travail des groupes nationaux, actifs sur le terrain, est ainsi complété et renforcé par le travail plus « politique » des permanents de Bruxelles. Suivre l’agenda de l’Union Européenne et faire connaître les positions des environnementalistes pour orienter le contenu des différentes politiques, est un travail demandant une expertise technique dans des domaines très pointus, parfois austères, et surtout peu connus du « commun des mortels ». Pourtant, l’enjeu démocratique est de taille !
Savez-vous que l’on estime entre 15.000 et 20.000 le nombre de lobbyistes, dont la plupart représentent des intérêts privés, qui exercent un pouvoir totalement incontrôlé dans l’Union Européenne ? Le lobbying est un travail de l’ombre, et le nombre exact des lobbyistes est gardé secret, tout comme leur nom, les intérêts qu’ils représentent et les moyens financiers dont ils disposent. Selon ALTER-EU, une coalition d’associations dont font partie les Amis de la Terre, les représentants de l’industrie exercent une influence prépondérante dans certains domaines des plus sensibles comme les biotechnologies, l’énergie et l’automobile. Pour FoE Europe, il importe à la fois d’imposer plus de transparence dans l’existence de ces lobbies, et de renforcer l’implication des citoyens dans le processus décisionnel.

Les ONG se font ainsi les porte-paroles des citoyens auprès des politiques. Le réseau « Climate Action Network - Europe » par exemple, où se retrouvent toutes les « grandes » associations comme les Amis de la Terre, Greenpeace et le WWF, représente au total pas loin de cinq millions de membres, ce qui lui donne une légitimité certaine pour dialoguer avec les parlementaires et membres de la Commission Européenne. Mais rien n’a autant de poids
qu’un message exprimé directement par l’électeur !

Tout l’enjeu pour nos associations consiste à susciter l’adhésion de « l’homme de la rue » pour l’amener à « faire quelque chose ». La première étape est de rendre les matières européennes plus compréhensibles, et de souligner comment et pourquoi des décisions prises à ce niveau de pouvoir qui nous semble très éloigné de nous, ont des répercussions sur notre vie quotidienne. Pour faciliter le passage à l’action, de plus en plus de campagnes font usage des nouveaux média : des « cyber-actions » voient le jour sur Internet, des campagnes diffusent leurs messages sous la forme de clips sur “You Tube” ou de courriels. Les actions dans la rue se veulent ludiques et originales.

Réchauffement climatique :
l’Europe doit montrer l’exemple

“Time to Lead” est l’une de ces campagnes. Initiée conjointement par les Amis de la Terre Europe, Greenpeace, Climate Action Network et le WWF pour informer et impliquer les citoyens par rapport aux négociations cruciales de la politique énergétique de l’Europe, elle met en avant l’analyse d’une série de mesures à l’horizon 2020, appelées le « paquet énergie ». Le but est de faire pression sur les décideurs afin qu’ils adoptent une législation suffisamment forte et susceptible de contenir l’élévation de la température moyenne globale de l’atmosphère terrestre sous le seuil de 2°C.

Lors du lancement de la campagne, début septembre, des hauts parleurs installés devant le Parlement Européen diffusaient des messages téléphoniques de citoyens préoccupés par le changement climatique, mettant les parlementaires au défi de « répondre à l’appel ». Douze parlementaires se sont engagés devant les caméras à adopter lors du vote des propositions cohérentes qui évitent les effets catastrophiques du réchauffement planétaire. La vidéo réalisée à cette occasion à été distribuée aux autres parlementaires afin de les convaincre de montrer eux aussi l’exemple. Cette vidéo est disponible à l’adresse http://www.youtube.com/timetolead

La campagne est relayée par un nouveau site internet. Sur ce site consultable dans plusieurs langues, dont le français, figure un thermomètre interactif qui illustre les conséquences en termes d’élévation de la température, des différentes options en discussion au Parlement. Le site est régulièrement mis à jour pour refléter l’état le plus récent des négociations sur le paquet énergie. Le public peut agir et envoyer en quelques « clics » un courriel au parlementaire de son choix, l’invitant à montrer l’exemple dans la discussion parlementaire sur le paquet énergie.

Pour les automobilistes, vous pouvez consulter sur le site de www.pourdesvoituresmoinspolluantes.org , un sondage d’opinion, mené dans cinq pays de l’UE, qui démontre qu’une écrasante majorité de citoyens sont favorables à des mesures obligeant les constructeurs automobiles à réduire la consommation en carburant de leurs voitures de 25% sans délai. Ces résultats viennent en préalable à un autre vote décisif du Parlement Européen sur une nouvelle proposition de fixer un objectif contraignant pour les émissions de CO2 des véhicules neufs.

D’autres campagnes sont régulièrement relayées sur notre propre site www.amisdelaterre.be.

A VOUS DE JOUER !

Pour FoE Europe - Véronique