En Russie, une jeune organisation écologiste faisant partie du réseau Friends of the Earth vient récemment d’être punie par la justice du pays pour avoir été partiellement financée par une association norvégienne. Elle risque de devoir fermer vu le montant de l’amende. Les Amis de la Terre dénoncent !

Résumé de l’article "Au cours de l’année de l’écologie de Putin, Aetas est déclarée ‘agent étranger’ " de The Independant Barents Observer, 3 septembre 2017 :
https://thebarentsobserver.com/en/2017/09/putins-year-ecology-aetas-declared-foreign-agents

Il existe en Russie une loi qui oblige les ONG recevant des fonds étrangers de s’inscrire dans un registre et se faire labelliser comme agents étrangers. Cette loi, datant de 2012, est appliquée avec un zèle changeant et imprévisible, certains y voient un agenda caché.

AETAS, ONG écologiste d’Archangelsk, en Russie, s’est vu enregistrer d’office dans le registre et infliger une amende parce qu’elle ne l’avait pas fait spontanément. Cette décision fait suite à une vérification inopinée de documents d’Aetas par des agents du Ministère russe de la Justice.

Le seul crime d’Aetas, qui mène des projets à petite échelle, est de bénéficier de petits fonds norvégiens dans le cadre d’un partenariat avec Nature and Youth, organisation norvégienne. Celle-ci organise des camps d’été communs avec Aetas et reçoit des subsides du Ministère norvégien des Affaires étrangères pour des projets transfrontaliers dans la région de Barents. Cette coopération est étroitement surveillée, vu les relations quelque peu troublées entre l’est et l’ouest, alors qu’elle est considérée comme un élément important de la construction de la société civile.
Selon Anastasia Kochneva, représentante d’Aetas, cette dernière sera carrément fermée, car elle ne pourra payer les amendes. Pour Ingrid Skjoldvaer, de Nature and Youth, c’est un drame, car la coopération transfrontalière, et donc la région de Barents en pâtiront.

Pour Dr. Jorn Holm-Hansen, de l’Université d’Oslo, expert en la matière, cette décision est exagérée, étirant la notion du politique à l’extrême, car Aetas est strictement apolitique, donc une cible mal choisie. La réaction du Ministère, aux relents de guerre froide, est disproportionnée.

D’habitude Moscou accepte bien ce type de coopération, mais certains mécanismes semblent amener des bureaucrates à faire preuve de zèle excessif.

Le manque de prévisibilité avec laquelle la Loi sur les agents étrangers est appliquée, risquerait de décourager les organisations norvégiennes, écologistes ou non, à coopérer avec des partenaires russes.

Pour toute la Russie, une trentaine d’autres organisations écologistes ont subi le même sort, dont 15 ont été fermées, 5 ont pu se faire supprimer de la liste et neuf sont en cours de fermeture. Selon Vitaly Servetnik, AT Russie, tout groupe écologiste doit se préparer, ce n’est qu’une question de temps.

Texte traduit par Véronique Lessinnes.