A PROPOS DE LA LOCALE

Une nouvelle locale des Ami.es de la Terre pousse en terre brabançonne, terre fertile en initiatives, en lieux, en personnes remarquables engagées dans la transition sociétale. Concerné·e par une terre vivante, par la simplicité volontaire, par l’économie non-violente ou la transition sociétale plus largement ? Que vous soyez engagé·es dans nos thématiques ou désireux·ses d’en savoir plus, venez apporter votre expérience, partager vos préoccupations, redécouvrir le sens du local et de la proximité, vivre la force de la présence et la richesse du simple !

THÉMATIQUES

Nos activités actuelles : A l’air et en mouvement, nos réunions ont pris la forme de rencontres-balades, à la découverte des projets et des acteurs participant à la création d’un nouvel imaginaire sociétal porté vers le vivant. Ces rencontres-balades permettent aussi de cerner par ces moments de dialogue, de partage, d’échange, ce que nous pouvons engager comme action de notre côté au sein de la locale pour une transformation sociétale profonde et un avenir viable, vivable, soutenable et surtout désirable. La diversité de luttes, le changement culturel et sociétal, la transition écologique, les inégalités sociales, le lien avec la nature, le vivant, la démocratie, la simplicité volontaire… sont au centre du débat de la locale !

INFORMATIONS PRATIQUES

• Rendez-vous tous les derniers samedis du mois à 10h à la Coopérative Quatre Quarts, Rue Emile Henricot, 61x Court-Saint-Etienne

CONTACT

Pour rejoindre cette locale ou pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous écrire (raquel chez amisdelaterre.be) ou à nous appeler (081 39 06 39).

Soyez d’ores et déjà les bienvenu·es dans notre petit noyau !

Articles dans cette section

  • Une nouvelle locale dans le Brabant wallon

    Une nouvelle locale des Ami.es de la Terre pousse en terre brabançonne, terre fertile en initiatives, en lieux, en personnes remarquables engagées dans la transition sociétale. Concerné·e par une terre vivante, par la simplicité volontaire, par l’économie non-violente ou la transition sociétale plus (...)