Entre accaparement des terres, hausse de prix et disparition des surfaces agricoles, la question de l’accès à la terre est toujours aussi cruciale pour une large part de l’humanité.

La non-violence comme valeur éthique plonge ses racines dans les textes fondateurs de l’hindouisme, les Védas et les Upanishads. Le mot sanskrit est ‘A-himsâ’ qui se traduit par : « la non participation à quoi que ce soit que l’on croit maléfique ». Si cette valeur éthique délégitime la violence sous toutes ses formes, elle promeut aussi une attitude inconditionnelle de respect de l’autre, y compris dans le conflit ainsi qu’une stratégie d’action politique pour combattre les injustices. La non-violence constitue une promesse pour soutenir mais surtout améliorer notre relation au monde par une vision profonde, en s’inspirant des grandes traditions qui ont marqué (Bouddha, Aristote, Jésus, Gandhi…) et continuent de marquer l’histoire de l’humanité.

Articles dans cette section

  • Carte blanche : Les politiques agricoles nous concernent tou·te·s

    Le dernier rapport du Giec et l’actualité brûlante autour de la COP 26 nous le rappellent : pour le climat, tout va se jouer dans les dix prochaines années. Or une des solutions majeures face aux défis climatiques, c’est une transition forte vers un autre modèle agricole. Le Parlement européen (...)
  • On en a gros sur la patate, surtout le 18 avril 2021 !

    Le 17 avril c’était la Journée internationale des luttes paysannes et Les Amis de la Terre y ont participé activement ! Cette année cela s’est déroulé le dimanche 18 avril dans un lieu particulier à Frameries ... où un projet d’expansion de l’usine Clarebout Potatoes est en (...)
  • AGROÉCOLOGIE ET CHANGEMENT DE SYSTÈME : CUBA

    Friends of the Earth International : Comment la volonté politique combinée avec le pouvoir des peuples et les connaissances partagées peuvent faire de l’agroécologie une réalité. Les Amis de la Terre faisant parti du réseau Friends of the Earth International, nous vous avons résumé l’un de leurs (...)
  • Avec ou sans l’AFSCA ?

    Avec ou sans l’AFSCA ? « Démanteler l’AFSCA et de la remplacer par des structures de contrôle locorégionales et conviviales, respectueuses des droits humains, des us et coutumes des citoyens, et sous contrôle des pouvoirs locaux ou locorégionaux ? »1 Mieux encore… Réorienter les priorités de l’Agence (...)